BillMcGaughey.com

Avertissement: C'est une traduction automatique de l'anglais par Babelfish. Il peut y avoir des inexactitudes.

 à: conteur personnel

Mes deux premiers mariages et divorces

 

I J'ai été marié et divorcé trois fois. Le troisième divorce est discuté ailleurs. C'est à peu près les deux premiers, surtout le premier.

J'ai épousé ma première femme le 30 juin 1973 et, pour des raisons qui ne seront pas discutées ici, j'ai demandé le divorce au printemps de 1981 - près de huit ans plus tard. Trois avocats différents ont travaillé en mon nom. La première était une femme, que mon employeur m'a renvoyée, ne semblait pas engagée à ma cause. Par exemple, elle me facturait le temps passé à enquêter sur la façon dont ma femme pouvait garder notre numéro de téléphone bien que j'avais payé les factures. Le deuxième avocat était un homme âgé qui avait des conversations personnelles, mais qui n'était pas particulièrement efficace pour protéger mes intérêts. Il m'a représenté pendant le procès. Quand il est venu le temps de faire appel, j'ai choisi un troisième avocat, un homme recommandé par un groupe des droits des hommes, qui a traité l'appel. Il a fait le travail.

Ma femme a eu deux avocats différents pendant les quatre années entre mon dépôt initial pour le divorce et les dates de règlement. Le premier semblait être un homme décent, mais il s'est suicidé peu de temps avant le procès tenu à Saint-Paul. Le second, qui était avec le même cabinet d'avocats, était plus méchant. Une fois, il a essayé de me harceler dans le prétoire avant que le juge ne fasse son entrée. Je suppose que cela peut être considéré comme agressivement représentant les intérêts de son client.

Le juge, un homme dans sa quarantaine tardive, s'est avéré être un idiot. Peu de temps avant de prendre sa retraite, il a rendu un jugement général sur un programme gouvernemental pour motifs constitutionnels. Dans mon cas, il a fait des déclarations sarcastiques dirigées contre moi pendant le procès, a siégé sur l'affaire pendant des mois à la fois, a émis une opinion déraisonnable, et a méconnu les ordonnances rendues par la Cour d'appel. Il était aussi la principale raison pour laquelle ce divorce a pris quatre ans pour régler.

Comme nous n'avions pas d'enfants, la question principale dans le divorce était la division de la propriété. Nous avions un atout principal: une maison dans le canton d'ours blanc qui a inclus la façade de lac sur la rive nord du lac d'ours blanc. Nous avions acheté cette propriété grâce à des prêts d'une banque et de ma mère et frère. Le juge prétendait que les prêts de mes parents n'existaient pas; Et, s'ils le faisaient, j'aurais à les rembourser.

Son ordonnance datée du 9 mars 1984 disait: «De temps à autre, au cours du mariage des parties, les membres de la famille du requérant lui ont avancé des fonds comme dons et comme des prêts documentés par certains mémorandums». «Le pétitionnaire assumera et paiera la dette de toutes les parties envers les membres de la famille du pétitionnaire [...] découlant de prêts ou de dons faits aux parties ou à l'un d'eux». Cela était étrange puisque la Cour d'appel avait ordonné la Juge précisément de décider si cet argent était un prêt ou un cadeau.

Certaines des «constatations» ont révélé ce que ce juge pensait de moi et de ma femme. Il a écrit: «Bien que les deux parties aient contribué de façon substantielle à l'achat et à l'amélioration de leurs locaux, la contribution substantielle de l'intimée a dépassé celle du pétitionnaire.» C'est parce que j'étais au chômage pendant un an sur huit ans de mariage alors que ma femme avait été continuellement Employés. Une autre grève contre moi a été que «il a dépensé au moins la somme de 10 000 $ des fonds des partis pour l'avancement de causes personnelles qui se sont révélées financièrement ingrates.» Le juge se référait à l'auto-publication d'un livre qui a effectivement vendu assez bien . Même si je ne peux pas confirmer qu'il a atteint le seuil, l'allégation d'une perte de 10 000 $ semblait avoir été retirée d'un chapeau. Certainement, cette information ne vient pas de moi.

En fin de compte, le juge a accordé à ma femme la maison, que nous avions convenue, valait 68 000 $, ainsi que tous les meubles et les accessoires, sauf certains articles figurant sur une liste. Le juge m'a aussi ordonné de payer 500 $ des factures de mon épouse. En échange de la maison, la femme devait me payer 20 000 $ dans une note financée sur trois ans et me donner deux parcelles de terre dans le nord du Wisconsin de moindre valeur.

J'ai interjeté appel de la décision du juge devant la cour d'appel du Minnesota qui a rendu sa décision le 12 mars 1985. La cour d'appel a infirmé la décision du juge et l'a renvoyée au tribunal de première instance pour obtenir des éclaircissements sur la division des biens. Sa décision est enregistrée comme suit:

*** *** *** *** *** *** *** ***

McGAUGHEY c. McGAUGHEY cite comme 363 N.W.2d 881 (Minn.App., 1985)

En ce qui concerne le Mariage de William H.T. McGAUGHEY, requérant, appelant,
V.
Carol B. McGAUGHEY, intimée.
N ° C0-84-1237

Cour d'Appel du Minnesota
12 mars 1985

Le tribunal de district du comté de Ramsey, le juge Roland J. Faricy Jr., a conclu un jugement divisant les biens des parties dans une procédure de dissolution du mariage et le mari a interjeté appel. La Cour d'appel, le juge Huspeni, a conclu que les conclusions du tribunal de première instance concernant la répartition des biens matrimoniaux n'étaient pas suffisamment claires quant à la valeur.

Renversé et remandé.

Appel et erreur (Clé ouest 110)

La Cour d'appel avait compétence pour entendre l'appel d'un refus de requête pour un nouveau procès. 51 M.S.A., Règles Civ.App.Proc. 103.03 d)

Divorce (Clé ouest 253 (4))

Les conclusions du tribunal de première instance concernant la répartition des biens matrimoniaux des parties dans la procédure de dissolution du mariage n'étaient pas suffisamment claires quant à la valeur et des conclusions plus explicites étaient nécessaires pour permettre à la Cour d'appel de déterminer si la répartition des biens était juste et équitable. M.S.A. § 518.58

Divorce (Clé ouest 253 (4))

Dans la procédure de dissolution du mariage, des constatations spécifiques étaient nécessaires pour déterminer si certaines transactions intrafamiliales étaient des prêts ou des cadeaux. M.S.A. § 518.58

4. Divorce (clé ouest 253 (4))

Dans le cadre de la procédure de dissolution du mariage, des constatations étaient nécessaires pour déterminer si certains biens mariages non maritaux avaient été attribués à l'épouse et s'il y avait eu une contrainte excessive qui permettrait une telle sentence. M.S.A. § 518.58

Syllabus de la Cour

La Cour d'appel a compétence pour entendre un appel du rejet d'une requête en nouvelle instance.

Pour faciliter l'examen en vertu des Stat. § 518.58 (1984), le tribunal doit faire des constatations sur la valeur des biens maritaux et non maritaux qu'il distribue en vertu d'un décret de dissolution. Le tribunal doit déterminer précisément si certaines transactions intra-familiales sont des prêts ou des cadeaux.

______________
Donald A. Hillstrom, Minneapolis, pour l'appelant.
Phillip Gainsley, Moss & Barnett, Minneapolis, pour l'intimé.

Entendu, considéré et décidé par WOZNIAK, P.J., et PARKER et HUSPENI, J.J.

OPINION

HUSPENI, Juge

Le mari de l'appelant fait appel du rejet de ses motions de modification des conclusions ou d'un nouveau procès. Il soutient que la Cour a commis une erreur en ce qui concerne la disposition des biens maritaux et non maritaux en vertu de l 'arrêt. § 518.58 (1984), en divisant l'endettement matrimonial et en attribuant les honoraires d'avocat à l'épouse. L'épouse a proposé de faire droit à ce pourvoi en soutenant que la Cour d'appel est incompétente. Nous trouvons la compétence et la détention provisoire avec des instructions pour faire des constatations plus précises sur le caractère et l'évaluation des biens et sur la question de savoir si certaines transactions intra-familiales étaient des prêts ou des cadeaux.

FAITS

William et Carol McGaughey se sont mariés en 1973. Ils n'ont pas d'enfants. Un jugement et un décret de dissolution ont été pris le 9 mars 1984. Aucune des deux parties n'a reçu d'entretien.

Le principal bien des parties était leur propriété. Ils ont stipulé sa valeur à 68 000 $ moins 7 164 $ pour les évaluations spéciales. Le tribunal a accordé l'homestead à l'épouse, sous réserve d'un privilège de 20 000 $ en faveur du mari, payable à lui en 36 versements mensuels en date du 1er avril 1984. Les preuves au procès indiquaient que la maison était achetée en partie avec 16 000 $ fournis par le mari. Son frère et sa mère. Le mari a introduit certains documents indiquant que l'argent était un prêt et donc une dette matrimoniale. La femme a témoigné des circonstances qui indiquaient que c'était un cadeau. Le tribunal a conclu que:

XII

De temps à autre, au cours du mariage des parties, les membres de [la famille du mari] lui ont avancé des fonds à la fois en cadeaux et en prêts, comme en témoignent certains mémorandums.

Le mari a été chargé du paiement de toutes les dettes intra-familiales.

À l'exception de certains articles attribués au mari, tous les biens ménagers ont été attribués à la femme. Le tribunal n'a pas mis une valeur sur les biens personnels attribués à l'une ou l'autre partie. Bien que les éléments de preuve au procès aient tendance à indiquer que certains biens personnels étaient maritaux, le tribunal de première instance a qualifié tout cela de non marital et l'a accordé en conséquence. Le mari soutient en appel que certains articles attribués à l'épouse étaient, en fait, la propriété non maritale du mari: à-wit: un wallclock, des tirages japonais, des livres, et la moitié d'une collection de pièces de monnaie. Le tribunal n'a fait aucune constatation sur ces points. Le dossier ne révèle pas clairement si ce sont des biens non maritaux.

Les parties possédaient deux propriétés du Wisconsin acquises pour 17 000 $. Ils ont stipulé que la valeur totale de ces biens était de 13 925 $, sous réserve d'une charge de 3 800 $. Les propriétés ont été attribuées au mari. Ils avaient été achetés, en partie, avec des biens non maritaux apportés par la femme. Les propriétés ont été financées en partie par 4 000 $ apportés par la mère et le frère du mari. Le tribunal de première instance n'a fait aucune constatation quant à l'étendue de la cotisation non conjugale de l'épouse ni n'a constaté si les transactions intrafamiliales du mari étaient des prêts ou des cadeaux.

Le tribunal de première instance a conclu que les cotisations de l'épouse au mariage dépassaient celles du mari. La femme était employée à plein temps tout au long du mariage. Le mari était au chômage pour une partie du mariage. En outre, le mari a dépensé de l'argent pour la publication de son livre qui s'est avéré être un échec financier. Le tribunal a constaté une dissipation des biens matrimoniaux de «au moins 10 000 $».

Les conclusions et conclusions du tribunal de première instance ne portaient pas sur le compte IRA de l'épouse estimé par les deux parties à 4 500 $.

Le tribunal a accordé à la femme 500 $ de frais d'avocat.

À la suite de l'entrée en vigueur du jugement et du décret, le mari a présenté des requêtes modifiées et un nouveau procès. Sa motion énonçait diverses raisons pour lesquelles la division des biens était injuste. Cet appel a suivi le rejet des motions du mari.

PROBLÈMES

La Cour d'appel a-t-elle compétence pour entendre un appel contre le refus de requête en vue d'un nouveau procès?

D'après le dossier et les conclusions de la cour, est-il possible de déterminer si la division de biens en vertu de Minn.Stat. § 518.58 (1984) était juste et équitable?

UNE ANALYSE

[1] 1. Un nouveau procès peut être accordé lorsque la décision d'un tribunal n'est pas justifiée par la preuve. Minn.R.Civ.P. 59.01 (7) La motion du mari pour un nouveau procès a été accompagnée d'un mémorandum qui énonçait explicitement les raisons pour lesquelles il était jugé injuste de répartir les biens. L'ordonnance refusant un nouveau procès est révisable en droit. Minn.R.Civ.P. 103.03 d)

[2] 2. Le tribunal de première instance a le devoir de «faire une répartition juste et équitable des biens matrimoniaux des parties [...] après avoir fait des constatations concernant le partage des biens.» Minn.Stat. § 518.58 (1984) Afin de faciliter un examen approfondi, le dossier et les conclusions du tribunal doivent refléter la répartition des biens et la valeur attribuée à ce bien. 1 [Note de bas de page 1 Bien que l'examen en appel soit possible en l'absence d'une évaluation précise dans certains cas, c'est-à-dire la répartition égale en nature d'un actif unique ou fongible, ou lorsqu'un actif est de valeur négligeable, ces circonstances ne sont pas présentes ici. Ne sont pas suffisamment clairs quant à la valeur. Par conséquent, en appel, le mari est en mesure de qualifier l'affectation des biens du tribunal de 83 000 $ à la femme et de 14 050 $ à lui. À l'inverse, la femme peut, en appel, percevoir la division de la propriété comme étant de 45 336 $ à l'épouse et de 44 550 $ au mari. Puisque les conclusions du tribunal de première instance sont inadéquates quant à la valeur, nous ne pouvons pas déterminer si la répartition de ce bien est juste et équitable. La question doit être renvoyée pour des conclusions plus explicites. Roberson c. Roberson, 296 Minn 476, 206 N.W.2d 347 (1973).

[3] 3. Nous ne pouvons pas non plus déterminer si le tribunal a erré dans sa répartition de l'endettement matrimonial. La conclusion du tribunal selon laquelle la «famille» du mari lui a versé des fonds à la fois en cadeaux et en prêts tels que documentés par certains mémorandums »est insuffisante pour permettre une révision significative de cette question épineuse, car elle affecte à la fois la propriété des parties et leurs propriétés. L'épouse insiste que ces fonds avancés étaient des cadeaux; Mari insiste qu'ils étaient des prêts. Comme c'est souvent le cas, ces transactions se sont produites sur une période d'années, au cours d'une relation conjugale en cours, et dans des conditions qui ne sont pas nécessairement propices à une tenue de dossiers ou à une documentation précise. La tâche du tribunal de première instance n'est pas facile. Toutefois, dans les circonstances présentes, nous sommes obligés de renvoyer cette question pour des conclusions précises quant à la nature de ces transactions.

Le mari se plaint également que le tribunal de première instance a commis une erreur dans sa disposition de la propriété familiale, et demande instamment qu'elle soit vendue et que le produit net soit réparti également entre les parties. Encore une fois, nous ne sommes pas en mesure d'examiner sérieusement le bien-fondé de la disposition de la ferme. Parce que le tribunal de première instance n'a fait aucune constatation quant à savoir si les fonds avancés par la famille du mari étaient des prêts aux parties, des cadeaux au mari ou des dons au mari et à la femme, nous ne sommes pas en mesure de déterminer si le tribunal de première instance considérait une partie de l'héritage Ou les propriétés du Wisconsin pour être non marital, et, si oui, quelle considération que le caractère non marital a été donné. Schmitz c. Schmitz, 309 N.W.2d 748 (Minn.1981).

[4] Le mari allègue ensuite que certains éléments de ses biens non maritaux ont été attribués à sa femme. Le tribunal de première instance n'a pas statué sur les points précis mentionnés par le mari et n'a fait aucune mention des difficultés excessives qui permettraient d'accorder des biens non maritaux au conjoint non propriétaire. Minn.Stat. § 518.58 (1984). S'il s'agissait de la seule question soulevée en appel, on pourrait considérer qu'elle a un effet aussi minime sur la répartition des biens dans son ensemble que pour éviter la nécessité de renvoi. Toutefois, dans la mesure où cette question est renvoyée sur d'autres questions, le tribunal de première instance est chargé de traiter les questions de biens non maritales du mari en cas de renvoi. De plus, étant donné que nous ne savons pas exactement à quelles fins le tribunal de première instance a déterminé et disposé l'IRA de 4 500 $, nous demandons à la cour de première instance de traiter cette question également en détention provisoire.

Enfin, le mari conteste le bien-fondé de l'attribution par la cour de première instance des honoraires d'avocat à l'épouse. Cet octroi repose sur «l'examen des ressources financières des deux parties». Minn.Stat. § 518.14 (1984). Puisqu'une déclaration claire de la division immobilière n'est pas maintenant disponible pour nous, nous sommes incapables de déterminer les ressources financières des parties. Ainsi, nous ne pouvons faire aucune déclaration quant à l'opportunité de l'attribution des honoraires d'avocat.

DÉCISION

Renversé et renvoyé au tribunal de première instance pour des conclusions conformes à cet avis.

*** *** *** *** *** *** *** ***

Lorsque le juge a reçu la décision de la cour d'appel, il a finalement émis un autre avis qui conserve l'ambiguïté concernant les «prêts et dons». J'ai décidé de retourner à la Cour d'appel et j'avais l'appel écrit. "À ce stade, ma femme et son avocat a décidé de régler pour un montant de la dette qui a pris en considération le prêt de ma mère et frère. J'ai accepté de prendre 1 000 $ de moins qu'un fractionnement de 50-50 des biens matrimoniaux.

Le document incorporant notre accord était le suivant:

COUR DU DISTRICT DE L'ÉTAT DE MINNESOTA
COMTÉ DE RAMSEY SECOND DISTRICT JUDICIAIRE

Dans Re le Mariage de:
William H. T. McGaughey,
Pétitionnaire

Et STIPULATION

Carol B. McGaughey Dossier no 4396

LA PRÉSENTE STIPULATION faite et conclue entre William H. T. McGaughey, pétitionnaire et Carol B. McGaughey, intimée ici, ainsi que leurs avocats respectifs,

Témoignage:

ATTENDU QUE, le 9 mars 1984, la Cour susmentionnée a rendu son jugement et son jugement, notamment en attribuant à l'intimé tous les droits, titres, usages et possession de ces locaux situés au 5161 East County Line Road , Ville de White Bear, comté de Ramsey, État du Minnesota, décrite légalement comme suit, à-wit:

Les lots 29, 30 et 31, dans le bloc 33 de la plage de White Bear, ainsi que les allées et venues accumulées auxdits lots et les 26 pieds à l'est du secteur «BBB»; Tracts "CCC" et "DDD"; Dans l'Enquête sur les terres enregistrées no 67, Fichier des registres des titulaires, comté de Ramsey,

AUSSI

La partie de la partie sud de la section 123, canton 30, rang 22, délimitée comme suit: au nord par la ligne sud de la rue marquée «boulevard» sur le plateau de la plage de l 'ours blanc; Au sud par la ligne nord de l'enquête sur les terres enregistrées n o 67; À l 'est par une ligne 26 pieds à l' ouest et parallèlement à la ligne est du secteur «BBB» de l ' 67 s'étendait vers le nord jusqu'à la ligne sud dudit boulevard; Et à l'est par la ligne est du tronçon «DDD» de ladite étude de terrain s'étendant vers le nord jusqu'à la ligne sud dudit boulevard,

Sous réserve d'un privilège en faveur du requérant d'une somme de 20 000 $ que l'intimé lui versera par versements échelonnés,

ATTENDU QUE le pétitionnaire a interjeté appel de cette décision et de ce décret auprès de la cour d'appel intermédiaire qui a renversé et renvoyé ledit jugement et le décret,

ATTENDU QUE le tribunal de district a rendu son jugement modifié et son décret ordonnant le droit, le titre, l'utilisation et la possession desdits locaux à l'intimé, sous réserve d'un privilège de la demanderesse d'une somme de 32 750 $ qu'elle lui verserait par versements;

ATTENDU QUE l'intimé a interjeté appel devant la cour d'appel intermédiaire du jugement et du décret modifiés, et

ATTENDU QUE les parties ont convenu à l'amiable de régler leurs différends et leurs différends et que la présente Stipulation a l'intention de mettre fin à la présente instance,

EN CONSÉQUENCE, il est par la présente stipulé et convenu par et entre les parties ici et leurs avocats respectifs comme suit, à savoir:

En même temps, l'intimé paie au pétitionnaire, qui accepte du défendeur, la somme de 32 7550 $, dont le pétitionnaire reconnaît par la présente la réception et la suffisance.

L'intimé versera au pétitionnaire la somme de 9 000 $ ainsi que les intérêts y afférents au taux de sept pour cent par an, à savoir: Intérêt seulement sur ce montant devant être payé annuellement au plus tard le 31 décembre de chaque année pendant cinq mois consécutifs Ans commençant en 1986. À partir de 1991, l'intimé commencera à réduire le solde du principal en versant des paiements mensuels au requérant du capital et des intérêts courus amortis sur une période de 84 mois consécutifs. Chaque paiement, au fur et à mesure de sa réalisation, sera d'abord appliqué sur les intérêts au taux ci-dessus sur le solde impayé du capital de temps à autre, et le reste sera appliqué à la réduction du principal.

Si le défendeur vend les locaux susmentionnés, le solde impayé du capital et les intérêts courus seront immédiatement dues, dûs et payables au requérant.

Le pétitionnaire décharge le privilège ou les privilèges qui lui ont été attribués en vertu du jugement et de l'arrêté de la Cour susmentionnée daté du 9 mars 1984 et du jugement et décret modifiés de la Cour susmentionnée datée du 6 septembre 1985 et de la présente Stipulation Ordonne au registraire du comté de Ramsey et au registraire des titres du comté de Ramsey de démontrer que le ou les privilèges ont été satisfaits et totalement déchargés.

L'intimée doit aviser la requérante en cas de changement de domicile.

A l'exception des obligations prévues par la présente stipulation imposées aux parties ou à l'une d'elles, les deux parties se libèrent réciproquement de toutes les réclamations passées, présentes ou futures résultant de leur mariage ou de la dissolution De ce mariage, et les deux parties sont toujours libérées de toute autre obligation à l'autre partie, sauf et à l'exception des obligations énoncées dans le présent contrat.

Le pétitionnaire rejette par la présente son appel.

DATÉE: 3 décembre 1985

Signé par: William H. T. McGaughey, pétitionnaire; Donald A. Hillstrom, avocat du pétitionnaire; Carol B. McGaughey, intimée; Phillip Gainsley, avocat de l'intimé.

*** *** *** *** *** *** *** ***

Je dois signaler que mon ancienne épouse a adhéré au calendrier de paiement pour un an environ et a ensuite cessé de payer sur la dette. Mon procureur, Donald Hillstrom, est retourné au tribunal pour mettre un privilège sur la propriété pour environ 8 000 $ - qui était la délinquance jusqu'à ce point. En janvier 2000, mon ancienne femme a vendu la propriété. Elle a dû payer le privilège de 8 000 $ pour libérer la propriété, mais n'a rien payé. La dette impayée était d'environ 10 000 $. Malheureusement, lorsque la fermeture de la propriété White Bear a eu lieu, j'étais en Chine rencontrer ma troisième épouse. Même si la compagnie du titre savait que le montant total de la dette n'avait pas été payé, la vente a été effectuée. J'aurais peut-être renvoyé devant les tribunaux pour recueillir cet argent, mais j'étais préoccupé par d'autres préoccupations.

*** *** *** *** *** *** *** ***

Maintenant, nous arrivons à mon deuxième mariage et le divorce. Ma femme était monoparentale avec cinq enfants mineurs. Nous nous sommes mariés le 2 janvier 1995 et avons divorcé le 9 août 1996.

La raison du divorce était que le conseiller psychiatrique de ma femme dans le nord de Minneapolis avait menacé de retirer ses enfants si mon frère, qui était schizophrène, vivait dans le même bâtiment avec nous. Mon frère avait dit que les jeunes enfants de ma femme semblaient apprécier "être violé par le bogeyman", qui était sa façon de décrire leur réaction à un film de monstre qu'ils avaient regardé ensemble à la télévision. Le conseiller, un journaliste obligatoire, a interprété cela comme signifiant que mon frère avait des fantasmes de molester les enfants.

Ne réalisant pas les conséquences, peut-être, j'ai refusé d'expulser mon frère. Par conséquent, quand je suis revenu d'un voyage en Chine, j'ai trouvé la maison vide. Ma femme et ses jeunes enfants avaient déménagé. Cela a mené à notre divorce.

Nous avons convenu de faire un divorce «cheapie» qui coûterait autour de 100 $. Ma femme m'a dit qu'elle ne voulait pas de mon argent; Et moi, bien sûr, ne voulais pas la sienne. Même ainsi, le juge a appelé ma femme pour suggérer de demander un règlement plus substantiel de propriété. Il y avait un besoin certain, après tout. Mais ma femme a confirmé qu'elle laisserait aller le mariage sans aller après mon argent.

C'était l'ex-épouse si vilipendée pendant le divorce de ma troisième épouse. Au moment de la rédaction de ce texte, nous sommes de retour à vivre ensemble dans la même maison. Je n'ai pas vu la première épouse depuis plus de trente ans; Et le troisième reste un adversaire devant le tribunal.

 Cliquetez pour une traduction de cette page dans:

Espagnol - Allemand - Anglais - Portugais - Italien

Simplifié Chinois - Indonésien - Turc - Polonais - Néerlandais - Russe

 

  de nouveau à: la page principale    à: conteur personnel

 

GARANTISSEZ LES DROITS D'AUTEUR 2016 PUBLICATIONS de THISTLEROSE -TOUS DROITS RÉSERVÉS

http://www.BillMcGaughey.com/firsttwodivorcesb.html